À propos

Marie-Soleil Blais

Native du Centre-du-Québec, le vélo a été mon outil d’entrainement de choix pendant ma carrière comme hockeyeuse jusque dans les rangs universitaires. J’ai commencé les courses sur route et sur piste en 2013 avec l’ambition d’atteindre le plus haut niveau.

Highlights

  • 7 fois Championne Québécoise (route, contre-la-montre, piste, 2016 à 18)
  • 2 fois Championne du Criterium National de Montréal (2016-17)
  • 2 fois Championne des Mardis Cyclistes de Lachine (10 victoires) (2014-15)
  • 3e au Grand Prix de Gastown, Criterium (2018)
  • 6e au Grand Prix de Gatineau, Course sur Route UCI 1.1 (2018)
  • 10e au Chrono de Gatineau, Contre-la-Montre UCI 1.1 (2018)
  • 9e au classement général Joe Martin Stage Race, Pro Road Tour UCI 2.2 (2017)
  • 1st Athens Twilight, Série USA Crits (2016)
  • 2x 4e Poursuite Individuelle sur Piste (3min43), Championnats Canadiens (2017-18)

Objectifs de carrière

  • Représenter le Canada aux Jeux Olympiques
  • Faire carrière sur le circuit du World Tour

Mes valeurs

  • Passion, excellence, persistence
  • Rester soi-même, et donner le meilleur de soi

Ma mission

Promouvoir les valeurs d’authenticité et du dépassement de soi. Offrir un modèle qui soit différent de la norme et démontrer que l’on peut accomplir de grandes choses avec une dose de détermination et de passion.

De plus, promouvoir l’égalité des femmes dans le sport professionnel, ainsi que dénoncer l’injustice et la discrimination dans toutes ses formes.

Mon histoire

Ma passion pour le vélo remonte à lorsque j’étais très jeune. J’ai toujours aimé l’aventure et découvrir les routes. Ayant grandi dans une famille « de hockey », je ne connaissais pas le vélo comme un sport, mais il a toujours fait partie intégrante de ma vie.

Dès 14 ans, j’entreprends mes premiers petits voyages à vélo, sur mon vélo de montagne Giant rouge. J’y accroche des sacoches et découvre les routes des cantons de l’est. J’ai fait mon propre « Tour de l’Estrie », près de 400 km en 4 jours. Je rêve de traverser le continent à vélo.

C’est au sport-étude en hockey à Drummondville que mon entraineur, Marc Lapointe, aperçoit ma passion pour le vélo et m’introduit au vélo de route. J’ai la piqûre. À 16 ans, j’achète mon premier vélo de route (un Argon18 bleu) et décide de parcourir la distance de 450km entre Victoriaville et Rimouski en 3 jours, en solitaire. Je franchirai 218 km lors de la 2e journée (sous une froide pluie dont je me souviendrai toujours), ma plus longue sortie encore à ce jour.

À 17 ans en 2006, alors que ma carrière d’hockeyeuse prend du sérieux, je mets le vélo de côté, et prendrai part à mon premier camp d’entrainement avec l’équipe professionnelle de hockey l’Axion de Montréal (aujourd’hui devenue les Canadiennes de Montréal). Je jouerai une poignée de match professionnel avant de déchirer mon épaule droite en début de saison.

Je subirai une chirurgie de la coiffe des rotateurs en 2007. S’ensuivra une longue convalescence, puis de nouvelles blessures qui viendront petit à petit limiter mes chances d’atteindre mon rêve de faire l’équipe nationale et ternir ma passion pour le hockey : un affaissement des os au pied gauche, douleur chronique aux genoux mettant un terme à ma course à pied, plusieurs entorses aux chevilles et une nouvelle déchirure à l’épaule.

Je jouerai pendant 4 ans pour les Lynx de Édouard-Montpetit à Longueuil dans la ligue collégial AA où l’on remportera 2 titres provinciaux en 2009 et 2010 et un tournoi international en France. J’accepterai ensuite une bourse d’étude de l’université de Moncton au Nouveau-Brunswick pour joindre les Aigles Bleues.

En juillet 2011, après une première année dans la ligue universitaire canadienne, une nouvelle blessure allait de nouveau venir compromettre ma prochaine saison. Confinée à attendre la guérison de mon pied, c’est en écoutant le Tour de France que j’ai décidé de mettre fin à ma carrière d’hockeyeuse et que désormais, je n’allais que pédaler mon vélo, et aussi souvent que possible.

Je termine mon BAA à Moncton et retourne m’installer à Montréal en 2012 où je joindrai le club McGill Cycling. En 2013, je joins ma première petite équipe Infinit basée à Ottawa, à qui je dois mes premiers apprentissages des courses de vélo.

La même année, je ferai « l’école de piste » à Bromont avec Eric Van Den Eyne. Le début d’une encore plus grande passion ; celle des courses sur piste. Mes aptitudes naturelles au sprint m’ont amené à explorer cette option. Je ferai 2 camps avec l’équipe nationale développement de sprint, mais je retournerai ensuite vers le volet endurance avec l’ambition d’atteindre le plus haut niveau.

En 2015, je joins une équipe française de division nationale dans le but d’obtenir une première expérience européenne. En 2016, je quitte mon emploi à temps plein et me lance dans l’aventure. Je m’établis d’abord sur la scène de criterium aux États-Unis, puis en 2017, je fais mes premières courses par étape du circuit professionnel américain. En 2018, je continuerai à monter les échelons pour faire ma place au sein du peloton professionnel, en parallèle avec mon objectif de représenter le Canada sur la piste.

Le reste de l’histoire est à écrire !