Training & Racing Tips

9 raisons pourquoi tu devrais rouler dehors en hiver

– et ma recette préférée de boisson chaude de récupération

Il y a 3 mois à peine j’avais une phobie de la neige, je n’aurais jamais pensé rouler « dehors » cet hiver. Je dois cette idée à mon coach qui m’a convaincu que s’entrainer dehors en hiver allait être super le fun. 😳   « Canadian Style! » m’a-t-il dit avec un sourire si grand que ça m’a intriguée. Mon autre option étant de faire 20 heures de vélo stationnaire par semaine, j’ai décidé d’essayer!

Ce que j’ai découvert a complètement dépassé mes attentes. Non seulement c’est l’entrainement le plus l’fun de mon horaire 😄 , mais il aussi super bénéfique sous plusieurs aspects. J’espère vous convaincre à mon tour d’essayer le vélo en hiver, et de rappeler à tous les cyclistes québécois contraint de voyager présentement que l’hiver québécois n’est pas un obstacle à l’entrainement, qu’on peut au contraire en tirer profit! ☃️

1-  Dose de soleil et d’oxygène

Il n’y a rien comme être dehors et s’exposer au soleil et à l’air frais. En reflétant sur la neige, le soleil crée une lumière énergisante intense ; un phénomène qu’on ne vivrait pas sans la neige!

 

2- Moins de référence, plus de fun!

Quand on roule sur la neige, il n’y a plus aucune référence par rapport à la vitesse ou à la distance parcourue (on va tellement lent!), ni à la puissance. C’est important de se détacher des chiffres. Rouler dehors permet de décrocher mentalement du cadre d’entrainement typique et de connecter avec le plaisir de pédaler.

 

3- Habiletés – Maîtrise du vélo

Je ne comprenais pas comment ça aurait un impact sur mes habiletés puisque je ne prévoyais pas oser m’aventurer dans des sentiers techniques. J’ai vite compris que j’avais tort. Les différentes conditions des routes pas toujours très bien déneigées m’ont forcée à apprendre à rouler sur n’importe quelle surface. Je me suis habituée à sentir mes roues glisser un peu dans tous les sens, à utiliser tout mon corps pour rester en équilibre, à centrer mon poids sur le vélo. On dit que rouler sur la gravelle est bon pour apprendre à maîtriser un vélo, et bien c’est pareil sur la neige!

Je sens ma zone de confort s’agrandir à chaque sortie. Ce n’est pas d’aller dans un sentier où on est pas à l’aise, c’est de se sentir de plus en plus comfortable et de progresser naturellement dans nos limites qui s’élargissent.

*Comme j’utilise un vélo de montagne avec des pneus à clous de 2,2’’, les conditions des petites routes suffisent à me donner un challenge. Les routes seraient plus facile en fat bike, mais avec un fat bike vous pouvez aller dans des sentiers plus difficile (non-praticable en vélo de montagne). Bref, il y a possibilités de routes faciles ou plus enneigées dans chaque cas peu importe le choix du vélo.

Le vélo de montagne que j’utilise, sur une piste de ski-doo chez mes parents

 

4- Endurance musculaire

Rouler dans la neige, c’est dure! Et avec tout l’équipement (bottes, pantalons épais etc.) et le poids du vélo, c’est encore plus difficile. La cadence est plus lente, la résistance pour chaque coup de pédale plus grand, comme dans la montée d’un long col. Rouler dehors en hiver est idéal pour travailler l’endurance musculaire, en zone aérobique et à plus basse cadence.

 

5- Muscles du tronc et haut du corps

Les muscles du tronc et du haut du corps sont beaucoup plus sollicités sur une surface enneigée pour garder le contrôle du vélo. C’est le complément d’entrainement parfait pour soutenir votre endurance dans les sorties plus montagneuses cet été. Surtout si vous vous entrainez actuellement sur un home-trainer, c’est essentiel de garder ces groupes musculaires actifs durant l’hiver!

 

6- Efficacité énergétique

Quand il fait froid, on dépense plus de calories pour maintenir la température corporelle. Et comme on a tendance à boire et manger moins quand il fait -15, notre corps devient plus efficace à utiliser l’énergie. Je sens une nette différence en 3 mois seulement, je fais plus long avec moins d’effort.

 

7- Résilience et coping skills

Si vous êtes comme moi, on GÈLE sous 0 degré! J’ai toujours les mains et les pieds qui gèlent même à +10 degrés. Pour moi c’était un énorme défi d’affronter le froid (malgré tout l’équipement d’hiver). Ce que j’ai découvert, c’est exactement ça : le défi d’affronter le froid, les conditions extérieures, la douleur physique des engelures (ça arrive). Comme dans une course, il arrive qu’on ait envie d’arrêter, de mettre fin à ce supplice d’inconfort stupide! Mais comme dans une course, on ne peut pas y échapper, et la meilleure façon de passer au travers est de l’accepter, de laisser l’inconfort être, de faire avec. Le froid m’a mise au défi mentalement à plus d’une reprise et je pense qu’il y a beaucoup de liens à faire avec la résilience qu’il faut développer pour endurer l’entrainement au plus haut niveau et pour endurer les conditions difficile. (Ok il faut quand même faire attention aux engelures, soyez intelligeants !)

 

8- Adaptation au froid

Après 3 mois à rouler dehors régulièrement, je constate comment mon corps et ma tête sont beaucoup plus résistants au froid. Mon corps s’est physiquement adapté et ma perception de la température a changé. « Oh il fait juste -10, cool ! »  Je n’aurai plus jamais peur de la dure météo printanière de la Belgique!

Essais de fat bike avec mon père. Les bottes, couvre-guidon et lunettes de ski sont de mises!

9- Le bonheur de se réchauffer en savourant des repas d’hiver

Oui je rentre cet argument dans la liste car j’adore ça! Et ça n’a certainement pas le même effet après avoir passé 2 heures à bouillir sur Zwift. Passer du froid au chaud accentue le sentiment de réconfort, on apprécie encore plus être au chaud. Et parce que c’est l’hiver on sort les recettes d’hiver comme un bol de chili, les mijotés, soupes, ou chocolat chaud emmitouflé dans une couverte! Je vous jure que ça goûte meilleur après une sortie de vélo!

 

Ma boisson chaude de récupération préférée à préparer pendant que les orteilles dégèlent :

Chai-latte à la vanille protéiné

  • 1.5 tasse de lait à base de plantes réchauffé au micro-onde (original ou vanille)*
  • 1 scoop de protéine à la vanille
  • 1 banane
  • 2 dates (+ ou – selon si tu utilises du lait sucré)
  • Poignée d’amandes grillées
  • 1 tsp Mélange d’épice chai (cardamome, cannelle, gingembre, muscade, clou de girofle) **
  • Gingembre frais 1-2 cm

*Bien chaud pour que la boisson soit chaude une fois mélangé avec les autres ingrédients!
**Je le prépare en plus grande quantité et le garde dans un petit contenant pour utiliser rapidement :

  • 2 c. à table cardamome
  • 1 c. à table cannelle
  • 1 c. à thé gingembre
  • ½ c. à thé muscade
  • ½ c. à thé clou de girofle

J’espère que je vous aurai motivé à sortir votre vélo dans la neige! Si oui, dites le moi ! Amusez-vous!